was successfully added to your cart.

Panier

Actualité 23 mars 2020

[POUR UNE SOCIOLOGIE DE LA MODE]

Par Manon Renault.

Rockers, Mod’s, Punks : quiconque s’intéressant à la fonction du vêtement dans les groupes juvéniles contestataires s’est tournée vers le livre de Dick Hebdige, Subculture : the Meaning of Style. Publié en 1979, l’aura de l’ouvrage -écrit dans le contexte particulier des Cultural Studies anglo-saxonnes- , dépasse le monde de la recherche, décloisonnant l’espace.
.
Pour ceux qui aiment la sape, c’est un trésor rempli de descriptions vivantes, permettant de retracer l’histoire de jeunes qui s’évadèrent de leurs classes sociales via des rituels vestimentaires. Comme ce brave M Jourdain qui fait de la prose sans le savoir, les lecteurs du livre se frottent à une sociologie du monde ouvrier dans la Grande-Bretagne d’après-guerre.
.
Pour la recherche, c’est un moment clé à ne pas sous-estimer : le moment où la sociologie des médias prend pour objet le vêtement et ses représentations. Comme les livres, ou les films : le vêtement devient un lieu de tension où se configurent et reconfigurent des hégémonies sociales.
.
Le mot hégémonie est important, puisque ce mot fait référence à Antonio Gramsci. Hebdige s’inscrit dans le tournant des études culturelles, rompant avec le paradigme marxiste de la domination pour adopter la lecture plus souple de Gramsci, redonnant un pouvoir aux « dominés ». En bref l’évasion par le vêtement n’est pas une simple expérience d’assujettissement, mais un véritable moyen de renégocier symboliquement l’ordre hégémonique.Les subcultures sont ce brouhaha qui incarne le désordre, et de ce fait indique aux sociologues comment définir « l’ordre ».
.
Dick Hebdige invite également à réfléchir sur le sens du vêtement selon les temporalités : passage d’un symbole subversif à celui de « luxe » puis de vêtement de mode « banalisé »…Le vêtement de mode n’est pas autonome et vit à travers les descriptions que l’industrie de la mode tout comme des gens lambda lui donnent. Si ces remarques sont très techniques, elles montrent qu’étudier la mode peut permettre de questionner les outils de la recherche, de comprendre des articulations méthodologiques ou la manière dont la pensée circule.
.
Dans le monde anglo-saxon Dick Hebdige sera dès les années 1980 critiqué, alors qu’en France ces écrits ne sont pas encore banalisés.
.
On aurait pu parler de l’utilisation de Barthes, ou encore des analyses du look de Bowie articulées aux citations de Jean Genet – libre à chacun de s’y plonger.
.
.
Le livre est disponible dans son intégralité sur le site de la maison d’édition Zones

Please wait payment is processing....