Musée de Vauluisant – Musée de la Bonneterie

MuséemunicipalPublic

Après un résumé sur le tricot fait main, se déroule le fil de l’histoire de la bonneterie ou tricot mécanique : l’invention du métier à faire bas par l’anglais William Lee, la création de la première manufacture française voulue par Colbert près de Paris et enfin son implantation auboise. L’aventure technique, artisanale puis industrielle, se déploie à travers les salles suivantes mêlant métiers, objets divers et documents. Là, se révèle la richesse des collections du musée : métiers en bois du 18e siècle – pièce unique issue de la première manufacture troyenne -, métiers français à bâti bois de conception William Lee fabriqués localement… ainsi commence la longue citation des constructeurs aubois : Poron, Linard, Poivret, Gillet, Jacquin, Buxtorf, Dupré, Desgageux, Lebocey qui firent de Troyes la capitale de la bonneterie. Métiers rectilignes, tricoteuses, métiers circulaires, accessoires défilent sous nos yeux en marquant les étapes essentielles de la fabrication d’un tricot et plus particulièrement des bas. La salle des produits fabriqués a ainsi vocation à montrer, par roulement, ces collections. Les bas y tiennent une place prédominante ; depuis les bas du tout début du 19e siècle à ceux d’aujourd’hui. Les gants et bonnets ne sont pas en reste tout comme les articles de dessous, en particulier les cache-corsets et les sous-vêtements dits « tricots de peau ».

4 Rue Vauluisant

10 000 TROYES

France

  • LabelMusée de France
  • Création de l’institut 1948
  • Bornes chronologiques 1750-2021
  • Nombre d'items 6390
  • Site internet Visitez
  • Expositions Voir les expositions

Collections.

NATURE NOMBRE TYPE
Vétements 6390 4252
Vétements femmes 1051
Vétements hommes 2370
Vétements enfant 831
Sous - Vétements 559 jupons, culottes, slips, maillots de corps, cache-corsets, gaines, couches-culottes, soutiens-gorge, caleçons, …)
Accessories 3538
Chaussures 3
Chapeaux 35 Coiffes en majorité
Autres accessoires 3500 articles chaussants (bas, collants, chaussettes, …)
Echantillons textiles 800 échantillons comme pièces vestimentaires
Pièces en dentelle 112 échantillons comme pièces vestimentaires
Pièces de broderie 1286
Arts graphiques inconnu Affiches publicitaires et cartes postales
Photographies oui
Personnalités inconnu
Marques inconnu Absorba et Babygro
Industries/Fabricants inconnu

/ Son histoire

Le premier catalogue du musée des Beaux-Arts daté de 1850 comporte un chapitre dénommé « conservatoire industriel » montrant qu’il existait déjà une orientation technique au sein des collections troyennes. En 1932, l’achat par la ville de Troyes de l’Hôtel de Vauluisant, comme annexe de l’ancienne abbaye Saint-Loup (siège du Musée des Beaux-Arts), permet la présentation de quelques spécimens. Un musée embryonnaire est inauguré le 1er mars 1935. Un groupe d’industriels initie alors une vaste collecte d’articles. Viennent s’ajouter des dons de matériels et de documents, ainsi que les dépôts périmés. Ceux-ci constituent un enrichissement d’autant plus précieux qu’ils sont accompagnés d’une documentation bien datée faisant remonter les plus anciens d’entre eux à 1875. Le musée prend alors forme grâce au soutien de l’Association des Amis du Musée de la Bonneterie. Au lendemain de la seconde guerre mondiale, qui a interrompu le projet de développement de ce modeste musée, a lieu une « deuxième inauguration» le 5 juillet 1948.

/ SES MISSIONS

Aujourd’hui, le propos du musée est centré sur une vision historique de la bonneterie, l’industrie « phare » de la ville de Troyes. Y sont exposés l’histoire des techniques et leurs évolutions, les produits « maille » ainsi que l’histoire industrielle et humaine.
VISITER LE SITE