Mani
feste

/ LA MODE EN FRANCE

En 2021, Culture(s) de Mode veut continuer à rassembler les chercheurs et les professionnels de tous les horizons pour réfléchir ensemble aux multiples dimensions de la mode, à ce que cette industrie culturelle fabrique en termes d’idées et de produits ; à la richesse et la diversité de sa création artisanale et artistique ; aux postes de travail qu’elle a créés de tout temps dans les pays et aux emplois qu’elle génère encore aujourd’hui ; aux savoir-faire transmis par les femmes et les hommes ; à l’Histoire ; à la mémoire et au patrimoine dont elle est à la fois le catalyseur et l’héritière ; aux valeurs et aux sens qu’elle produit ; à l’influence qu’elle a sur chacun d’entre nous chaque matin devant le miroir et  au pouvoir de communication qu’elle possède entre les individus et les générations.

Après cette année de crise sanitaire, économique, sociale et intellectuelle, il s’agit plus que jamais de se réunir pour élaborer ensemble le monde de demain. Loin d’être un poncif ou une poursuite irréaliste d’un idéal naïf, ce projet est essentiel. Collaborer, échanger, partager, coopérer, contribuer, s’associer est la condition sine qua none pour tenter de comprendre les soubresauts de la situation actuelle et y répondre. Avant même cette crise, la mode était fragilisée dans sa manière de fonctionner comme dans son principe/essence même de renouvellement vestimentaire saisonnier.

/ L’INDIVIDU AU CENTRE DE LA MODE

Au sein de Culture(s) de Mode, à l’image de la signification même d’un « réseau », nous avons choisi le prisme de l’individu/ l’humain pour (re)penser la mode. Pourquoi ? Car la mode, à l’instar du réseau comme ensemble de fils entrelacés, lignes et nœuds, est le résultat d’une mise en commun d’individus qui la produisent, diffusent et consomment. Culture(s) de Mode est un patchwork de compétences et de savoirs qui n’a de cesse s’agrandir. Reposant sur les idées et les travaux de ses membres, le réseau Culture(s) de Mode tire en effet sa richesse des individualités qui le composent. Grâce à ses membres mais aussi aux différentes personnes qui rendent ses workshops possibles, qui animent son site Internet, qui le soutient financièrement et scientifiquement… Culture(s) de Mode peut faire rayonner son visage interdisciplinaire et développer ses activités de recherche. De même, ce sont les individus qui façonnent la mode, qui la rendent possible.

L’homme est présent à chacune des étapes de la création, de la production, de la commercialisation, de la diffusion, et de la consommation du vêtement. Il est celui qui plante les graines de lin (par exemple), en extrait les fibres, les file, les colore, et les tisse ; celui qui tond les animaux pour recueillir leur laine et leurs poils puis qui les lave. Il est aussi celui qui élabore des croquis préliminaires en vue d’un vêtement, qui choisit les tissus, qui réalise les patrons, patronages et toiles pour réaliser son vêtement ; il est celui qui ensuite coupe le tissu, assemble et coud les différentes parties du vêtement. L’homme est aussi celui qui essaie le vêtement créé et lui donne ainsi vie, celui qui assure sa commercialisation, sa mise en vente en magasin ou en ligne, sa promotion dans différents médias, sa présentation artistique dans les galeries, sa conservation dans les musées. C’est encore lui qui enseigne l’histoire de ce vêtement dans les universités et les écoles. Dit en d’autres termes, l’individu est à la mode ce qu’il est au réseau : son maillon le plus important. Celui qui la rend possible. Celui qui constitue sa trame, son tissu.  L’homme est au cœur du processus de la mode mais nous l’avons oublié.

Inscrivez-vous à la newsletter et recevez l’actualité du Réseau Culture(s) de Mode.

+